Le blog des solognots

07 août 2006

Bienvenue sur notre blog!

Vous connaissiez Lamotte-Beuvron pour la tarte tatin  ?
Vous connaissiez Lamotte-Beuvron grâce à Auguste Pignard?
Et bien nous espérons que vous penserez maintenant un peu à une famille de tordus y vivant !

Bienvenue en Sologne!

                                             PICT0021

Posté par flotille à 23:29 - Commentaires [11] - Permalien [#]


09 août 2006

les fessées ne sont pas éducatives

A mon tour de passer le message.
Je vous éviterai les articles, je me contenterai de laisser des liens!
Je vais juste vous donner ma petite expérience!

J'ai commencé ma carrière de maman , convaincue que  la fessée devait être utilisée en dernier recours, mais qu'elle était "utile" : que parfois, il n'y avait que ça pour leur faire comprendre (ça vous interpelle n'est ce pas?).

De plus, mon ainé était un enfant très coléreux, très "dur", il m'arrivait donc d'en recourir à la violence pour "calmer" le jeu! Je ne voyais pas d'autre solution, ça me confortait dans mon idée.

Je vous rasssure, c'était déjà rare que je le tape, même un petit peu! La tape sur la main du bébé, je crois que je n'ai jamais fait...J'étais déjà soft: peut-être est ce pour cela que j'ai été + vite convaincue!

Ce qui s'est passé avec mon ainé est une autre histoire, mais cette histoire m'a appris pas mal de choses: entre autres de l'écouter avant de juger! D'essayer de le comprendre. Que beaucoup de situations critiques  pouvaient être désamorcées simplement en comprenant son enfant! Que je pouvais aussi , de mon côté être moins directive afin de limiter les conflits, sans pour autant être laxiste . Qu'au contraire, me concentrer sur ce qui était vraiment important, permettait que l'enfant "s'oppose" moins puisqu'on lui laissait un espace de liberté dans lequel il pouvait s'exprimer.

J'ai trouvé des astuces, pour ne pas céder sans pour autant sévir: c'est plus long, des fois, j'ai le regard désapprobateur des gens: mais qu'importe! Au final, mes enfants sont sages, bien élevés et tout ça sans les taper! Alors ils peuvent nous regarder de travers au moment d'une colère où je n'interviens pas en frappant, mais au final, mes enfants sont aussi bien élevés que les leurs, sans tapes et en plus, ils ne sont pas bagarreurs, violent, méchants avec les autres!

C'est une grande victoire et une fierté pour moi, et finalement, les regards noirs me font me sentir encore plus fière de moi! J'ai réussi là où ils n'imaginent même pas aller!

Et pour ceux qui pensent que je les trouve bien élevés parce que je suis laxiste , je précise que cette certitude me vient des compliments que je reçois, à avoir 5 enfants tous bien élevés, polis et respectueux! Mes amis acceptent de me dépanner en gardant les 5 à la fois, ils le proposent même d'eux mêmes:. C'est, il mez semble un bon indice! lol

Je vous invite donc à réfléchir, à lire des livres, à chercher sur la toile , même si quelquefois , ça vous heurte, réfléchissez-y! Essayez une solution alternative  qu'on vous propose: qu'avez-vous à y perdre de toute façon?

et je vous invite déjà à visiter ce blog



Posté par flotille à 10:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 août 2006

Juste nous!

Ici, c'est le coin où on ne parle juste que de nous! Petit endroit "nous on "!

Nous on aime le bazar par ex! regardez!

montargis_juillet_2006_002

montargis_juillet_2006_003

Nous on......ne fait pas les lits!

29mai06_007

Nous on.....fait des grimaces!

europapark22

Nous on.....regarde tout!

alsace_juillet_2006_211  alsace_juillet_2006_212 

Et vous?
 

Posté par flotille à 13:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 août 2006

L'année des balades





A chaque mois sa particularité. Il y a toujours quelquechose à faire en balade, des choses à découvrir, à cueillir, à sentir,
à toucher. Voici un petit guide pour vous éclater en balade, quelle que soit la saison.





 

Janvier


Dans la neige ou dans la boue, c’est la saison idéale pour suivre les animaux à la trace. Un petit sentier, une berge ou un
trou d’eau, en quelques minutes vous aurez trouvé nombre d’empreintes de chevreuils, sangliers ou simplement d’oiseaux ou
de rongeurs. Les enfants adorent ça et avec un peu de plâtre il est très simple d’en faire un moulage (rajoutez une pincée de sel, ça sèche plus vite).





Février


L’hiver est propice à l’observation des oiseaux. Sans feuillage pour se dissimuler et groggy par le froid, on peut les approcher
sans difficulté. Même en ville vous apprécierez le balai incessant des mésanges et autres pinsons, tant soit peu que vous
ayez accroché une boule de margarine à votre fenêtre. Faites écouter leurs chants aux enfants, vous serez surpris de leurs
capacités d’écoute et de distinction, souvent bien supérieure à la notre. Pour les courageux, c’est le moment d’aller sur
les berges des lacs et étangs abritant de très nombreux canards et limicoles hivernants chez nous. Jumelles obligatoires…





 

Mars


Dès que les jours se réchauffent, les grenouilles et crapauds rejoignent leurs mares pour y pondre leurs oeufs. Facilement
repérables à leurs coissements, on peut les observer sur les berges ou la tête hors de l'eau.
Du 1er mars au 15 avril,les Conservatoires d'Espaces Naturels vous invitent à Fréquence Grenouille ...





 

Avril


Bien que les jonquilles soient déjà fanées, avril est le mois ou la nature explose de couleurs et de senteurs. Mêlées aux
verts tendres des jeunes pousses, les fleurs foisonnent d’avril à juin. Toutes ne se cueillent pas et certaines sont protégées,
mais un petit bouquet champêtre égaie toujours un intérieur, et rien ne remplace le sourire d’un enfant offrant sa cueillette à sa maman.
N’hésitez pas à cueillir des feuillages ou des herbes sans « panache », le résultat
est souvent surprenant. Profitez des fleurs
pour faire prendre conscience de l’odorat à vos tous petits enfants.





 

Mai


Le mois de mai voit apparaître les premiers fruits comestibles : les fraises des bois. Jusqu’en octobre se succèderont les
framboises, les griottes, les pétavins, les mures, les nèfles, les arbouses et les prunelles, etc.. et les fruits secs : les
faines, châtaignes et glands doux. Plus une sortie sans revenir les babines rouges ou violettes, et pourquoi pas le dessert
du soir ou la garniture de la tarte. Quoi de meilleurs que les fruits que l’on vient de ramasser…





 

Juin


A chaque coin de nature son cortège d’insectes volants ou rampants. Qui n’a pas observé une fourmilière en pleine activité,
légèrement dérangée par une brindille, ou le vol léger d’un papillon. Sans les détruire, il est possible de capturer quelques
spécimens pour les regarder de prêt (il existe des « boites loupes » vraiment bien pour les enfants), ou simplement d’admirer
les libellules, véritables bombardiers de nos mares, et de chercher dans les joncs le vestige de sa métamorphose. Les insectes
sont un très bon support pour expliquer les cycles du vivant et les chaînes alimentaires, et par la même le respect de la vie (et oui, les moustiques
sont utiles…).





 

Juillet


Vacances à la mer ? Profitez en pour aller découvrir l’univers merveilleux des mares et des grèves. Crevettes et bigorneaux,
crabes et palourdes, renseignez-vous auprès des locaux sur les bonnes pêches du coins. Inutile d’attendre les grandes marées
pour remplir un petit panier de succulents fruits de mer, et si vous n’aimez pas ça, la récolte des coquillages et autres
os de sèches passionnera les enfants qui ne manqueront d’en décorer leur chambre, d’en faire un collier ou simplement de jouer
avec dans le bac à sable du parc en rêvant aux vacances prochaines.





Aout


Les herbes sont jaunes, elles ont mûri et bruissent dans le vent. C’est le moment d’en faire des bouquets majestueux qui se
garderont plusieurs mois. Quelques roseaux, des épis de blés et d’avoines, quelques herbes folles et autres grands carex…
plus les tiges sont longues et plus le bouquet doit être gros. Munissez-vous de ciseaux car nombre de graminées ont les tiges
ou les feuilles coupantes. Faites les sécher quelques jour la tête en bas à l’extérieur pour
éviter les chutes importantes de petits morceaux (les sacs polliniques) chez vous.





 

Septembre


Fin septembre, la forêt résonne du brame du cerf. C'est le moment choisi des combats pour la reproduction.
Evénement aujourd'hui attendu par bien des curieux, le brame du cerf reste un moment mythique de la forêt. Devant ce spectacle,
les hommes peuvent se poser la question de savoir s'ils ont leur place au sein de cette nature. Alors, si vous entendez le
matin ou le soir ces cris, ne vous effrayez pas mais surtout ne dérangez pas cet instant magique. Peut-être assisterez-vous
en secret au combat qui déterminera le mâle le plus fort, celui qui participera à la reproduction.
La lutte est dure... et le spectacle magnifique.
N'hésitez pas à faire les quelques kilomètres qui vous séparent de la forêt un soir de lune, fin septembre ou début octobre.
Tous ceux qui on entendu un cerf brâmer côté d'eux s'en rappellent toute leur vie.





 

Octobre


C'est la saison des champignons. Il faut certes faire attention mais après quelques sorties avec des connaisseurs, il est
simple de connaitre quelques espèces facilement identifiables, abondantes et succulentes. Même avec les
jeunes enfants, en respectant des règles simples (on ne touche que aux oranges en entonnoir, ou aux gros ronds marrons ou
aux petits mauves, etc..) on peut passer une ou deux heure en toute quiétude et faire une bonne omelette en rentrant.
A vos paniers, mais pas de cueillette à l'aveuglette!





Novembre


C’est la fin de l’automne, la nature s’endort. Même si les journées sont courtes, il serait dommage de ne pas profiter des
quelques derniers rayons de soleil avant le froid hivernal. En peu de temps vous pourrez ramasser nombre de jeux qui occuperont
les enfants pendant les après-midi pluvieux : feuilles bariolées, pommes de pins, glands et marrons, mousses et petites brindilles
se transformeront en drôles de tableaux et animaux imaginaires.





Décembre


Tout le monde attend Noël avec impatience. Pour réaliser de superbes décorations, vous recueillerez en très peu de temps tout
le matériel nécessaire : rameaux d’épicéa, feuilles de houx et herbes sèches pour
les couronnes, houx en fruits, pommes de
pins, gui (dans les vieux vergers ou les peupleraies) et arbousier en fleurs pour la déco, mousses et liège (dans le sud…)
pour les crèches. Des idées simples et peu coûteuses pour un résultat garanti.





Posté par flotille à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'hyper-émotivité

Qu’est-ce que l’Hypersensibilité ?

 

On l’appelle aussi hyperémotivité ou hyper susceptibilité. C’est une forme de sensibilité accrue et qui amène les personnes à avoir des réactions disproportionnées . Nous avons un petit garçon dans ce cas et nous avons été très désarmés face à ces colères sans aucun fondement apparent. Nous avons mis beaucoup trop de temps à mettre un nom sur ce comportement, à ne plus nous culpabiliser de ne pas savoir s’occuper de lui, trop longtemps sans aide ni soutien pour lui ou pour nous. Nous avons appris à communiquer en tâtonnant, de nombreuses erreurs ont été faites mais nous y sommes arrivés. Nous n’avons pas de méthode miracle face à un enfant qui se braque et fait des colères destructrices au moindre accroc, mais nous pouvons donner un semblant d’explication et montrer que de tels comportements existent et ne proviennent pas forcément d’une mauvaise éducation de la part des parents ou d’un mauvais fond de l’enfant.

Ce dossier a été monté grâce à ceux déjà constitués par l’émission « Ca se discute » sur le site http://www.casediscute.com , sur le site http://www.cnrs.fr/cw/fr/pres/compress/neuro/troubles.html , sur le site http://www.phobies-zéro.qc.ca/voletinfo/caractéristiques.html et sur le site http://psychodoc.free.fr/tp9.htm

DEFINITIONS :

Emotion

Trouble subit, agitation passagère provoquée par un sentiment vif de surprise, de peur, de joie, de peine….

Emotivité

Disposition à ressentir des émotions

Sensibilité

Aptitude à s’émouvoir, à éprouver de la compassion, de la tendresse, un sentiment esthétique.

Hyperémotivité

Disposition à réagir de façon excessive aux évènements dans le domaine émotionnel.

 

L’Hyperémotivité

Une personne hyperémotive ressent avec beaucoup d’intensité chaque changement de situation. La moindre excitation provoque chez elle des réactions émotives (joie, colère, tristesse) et corporelles (coliques, rougeur, transpiration abondante…). Ces réactions sont hors normes en proportion avec l’événement. Cet état paraît bel et bien lié à la constitution. Mais il n’est pas exclusivement d’origine génétique. Il peut apparaître, lorsque le terrain le permet, suite à un choc affectif important.

(source : Georges-Henri Arenstein, psychologue. Site Internet )

 

AVIS D’UN SPECIALISTE

 

Frédéric Kochman est pédopsychiatre au CHU de Lille. Il est un spécialiste en France de l’étude des émotions sur les enfants. Il travaille avec le centre mondial de l’humeur en Californie. Voici un extrait de son intervention dans « Ca se discute ».

 

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Pour moi, une émotion, c’est la façon de gérer un événement au plus profond de sa personnalité. On pense en général que ce sont les évènements qui provoquent nos émotions mais c’est une idée fausse. Un même événement peut être perçu de manière très différente en fonction de notre façon très singulière de gérer nos émotions.

Sommes-nous tous égaux face à nos émotions ?

Nous ne naissons pas avec la même émotivité et c’est une découverte très récente. Une expérience a été réalisée sur deux souris de 1 jour. On les a soumises au même stress : les retirer brutalement de leur mère. On a mesuré leur taux d’adrénaline, l’une avait 2 , l’autre 10. depuis 4 ans , je travaille avec une équipe de psychiatres et de neurologues du Centre mondial de l’humeur à

La Joya

en Californie tenu par le professeur Akistal. Ce scientifique est à l’origine des découvertes génétiques sur la gestion des émotions. Il a prouvé qu’il existe des gènes qui rendent hypersensibles. On a des études qui seront publiées cette année pour repérer qu’on peut repérer très tôt l’hyperémotivité d’un nourrisson. Des tests ont été effectués sur des bébés de 1 jour. Pour évaluer leur émotivité, on leur a mis une tétine équipée de capteurs. On leur a montré 5 photos de maman , dont la leur. Quand la photo de leur maman leur est présentée, ils tètent plus. Les bébés hyperémotifs tètent beaucoup plus que les autres. D’autres expériences ont été réalisées sur des nourrissons de 9 mois. On leur donne leur jouet et on leur retire brutalement. Beaucoup vont réagir en hurlant, la plupart vont passer à autre chose, et les hypersensibles vont pousser des hurlements pendant plus de 10 minutes. Nous nous sommes rendus compte de l’importance des émotions dans le cadre des traitements d’enfants dépressifs. Je leur trouvais des points communs, ils étaient tous hypersensibles.

Qu’est ce qui caractérise un hyperémotif ?

Les hyperémotifs sont des trous noirs d’amour. Ils ont besoin d’attirer tout l’amour qu’ils peuvent , ils accaparent, ils monopolisent et ce besoin est insupportable pour l’entourage. L’hyperémotif vit dans le paradoxe. D’un côté il a besoin d’être terriblement aimé mais il arrive à l’opposé de ce qu’il veut car il finit par être rejeté. Ce point est alarmant car il risque le rejet social, l’échec scolaire ou professionnel. Pourtant ce sont des gens généralement plus intelligents, très curieux ; ils développent leur cerveau beaucoup plus vite que les autres. On sait aujourd’hui que l’hyperémotivité se traduit par un tempérament explosif. C’est une personne calme qui tout à coup explose. Il développe 5 fois plus d’adrénaline que les autres. Il passe sa vie à surfer sur une mer déchaînée avec des creux de

10 mètres

alors que les autres sont sur des mers très calmes.

Cela ressemble à l’hyperactivité. Y a t’il des similitudes ?

Un hyperactif est en état d’excitation du matin au soir, c’est une flèche dans la maison alors que l’hyperémotif explose en fonction d’une émotion et d’un événement qu’il ne sait pas gérer. Il peut être très calme et d’un coup exploser, c’est réactionnel à un trop plein d’émotion. Contrairement à l’hyperactivité, l’hyperémotif n’est pas « malade », il a un tempérament « différent ».

Existe-t-il plusieurs formes d’hyperémotivité ?

Génétiquement, on trouve deux formes d’hyperémotivité : la forme intériorisée et la forme extériorisée.

La forme intériorisée :

Ces sont les hyperémotifs qui intériorisent toutes leurs émotions. On peut croire que ce sont des gens fragiles ou très durs car ils n’expriment rien. Dans certains cas, ces personnes peuvent passer par des somatisations : mal au ventre, malaise vagal, syncope…

La forme extériorisée :

Les émotions sortent dans tous les sens. Crise de colère et violence regrettées 3 secondes après, la personne n’arrive pas à se contrôler (le cas de notre garçon).

Peut-on réussir à gérer son hyperémotivité ?

On peut apprendre à désamorcer une émotion négative car c’est elle qui détruit la personnalité. Beaucoup d’artistes, de sportifs ont appris à gérer leur émotivité pour faire des choses géniales. C’est grâce à elle qu’ils parviennent à faire de telles performances. Pour apprendre à gérer ses émotions, ça passe déjà par l’acceptation de son tempérament instable. Quand on sait pourquoi on réagit de manière démesurée, il faut apprendre à mieux amortir les émotions négatives. Revenir dans le passé, dénouer les nœuds peut-être utile. L’événement n’est pas important, ce sont les émotions que l’on a mises autour. Il faut changer les émotions et non les événements.

Peut-on devenir hyperémotif ?

On peut le devenir suite à un traumatisme. C’est le stress post-traumatique. Une porte claque, la personne fait un bond d’un mètre. C’est une forme « acquise » d’hyperémotivité (quoique notre garçon sursautait au moindre bruit dès la maternité).

Quel type de thérapie pratiquez-vous avec les enfants hyperémotifs ?

Je pratique ce que l’on appelle des « re-médiations cognitives ». Je réunis plusieurs enfants hyperémotifs. Je les place dans une situation qui va activer leurs émotions. J’analyse leur comportement. Ensuite on en parle et j’essaye de les aider à trouver eux-mêmes des solutions. Je leur donne des astuces pour essayer de se maîtriser, notamment par la relaxation. A la fin seulement, les mamans nous rejoignent et ensemble, nous essayons de mieux comprendre la mécanique des ces crises. Je donne aussi des conseils aux parents qui sont souvent totalement épuisés et désabusés. En cas de crise émotionnelle, il ne faut surtout pas crier ou surenchérir . L’enfant pendant ce pic ne se maîtrise plus. Avec le temps, l’enfant prend conscience de son émotivité et apprend à la gérer. Bien canalisés, cela donne de petits génies car ils utilisent leur hyperémotivité pour construire.

La vie d’un hyperémotif est beaucoup plus riche car il perçoit ce que les autres ne voient pas. Il faut simplement du temps pour s’accepter.

 

ETES-VOUS HYPEREMOTIF ?

 

Voici deux liens vers des sites, parlant de cet état et donnant des clefs pour comprendre ce que ressent un émotif et pour savoir si on en fait partie. Il faut garder en mémoire que c’est un état et pas une tare ou une maladie, comme il est dit plus haut. Ce savoir hyperémotif ou reconnaître des signes d’hyperémotivité chez son enfant peut aider beaucoup. Cela m’a beaucoup aidé à le comprendre et à entreprendre des recherches de trucs et astuces pour établir une communication et lui apprendre à gérer ses émotions. Cela va mieux aujourd’hui, certainement parce que je ne me culpabilise plus, et surtout, je ne rejette ni ne culpabilise mon enfant. Il me semble plus heureux et serein, sur de notre amour et de notre soutien et ce résultat est déjà une victoire.

Vous pouvez consulter les pages sur :

 

http://psychodoc.free.fr/tp9.htm

 

BIBLIOGRAPHIE

  • La force des émotions

De François Lelord et Christophe André aux Editions Odile Jacob.

  • L’intelligence émotionnelle

De Daniel Goleman aux Editions J’ai Lu

  • Au cœur des émotions de l’enfant

D’Isabelle Filliozat aux Editions Marabout

  • Ces gens qui ont peur d’avoir peur

De Elaine N Aron au Editions Le Jour Editeur

  • L’ABC des émotions

De Claude Steiner aux Editions Interéditions

  • Les passions ordinaires :      anthropologie des émotions

De David le Breton aux Editions Armand Colin.

 

 

 

 

Posté par flotille à 20:39 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


10 septembre 2006

Nous encore

Adblock

Adblock

Adblock

18 mois avec Milan

Posté par flotille à 21:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 septembre 2006

Les maladies génétiques

Les maladies genetiques


 

Ce sont des maladies qui se transmettent de parents à enfants et qui sont inscrites dans notre patrimoine génétique. Elles sont provoquées par une anomalie d’un gène donné , anomalie qui est reproduite dans la protéine qu’il code, la rendant inapte, inexistante ou peu fonctionnelle. Il en découle des problèmes plus ou moins importants. Elles sont aussi provoquées par une anomalie chromosomique : perte d’un chromosome ou au contraire doublement du stock, perte ou rajout d’un bout de chromosome, c’est le cas du syndrome de Down ou trisomie 21.

Qu’est-ce exactement ?

Notre patrimoine génétique se situe dans nos chromosomes, constitués principalement d’ADN, la molécule porteuse des gènes.

L’ADN est une succession de molécules qu’on appelle des bases : l’Adénine (A) la Thymine (T), la Guanine (G) et la Cytosine (C). L’enchaînement de ses bases, détermine le code génétique .



 

Lors de l’expression d’un gène ( le corps fabrique la protéine correspondant au gène),l’ADN est recopié en ARN messager. C’est l’ARN messager que le ribosome « lit ». Il va lire les bases trois par trois. Trois bases forment un codon et un codon correspond à un acide aminé (constituant des protéines). Le ribosome se fixe au début du gène et lit trois bases Par exemple, le codon TTA code pour la l’acide aminé Leucine ainsi que le codon TTG ou TCT, il va prendre l’acide aminé correspondant puis glisse et lit trois autres bases (le codon suivant) . Il va alors accrocher la protéine correspondante à la première et va procéder ainsi jusqu »à la fin du gène qui se repère toujours par un codon spécifique ATG. Lorsque le ribosome rencontre un codon ATG, il se détache le l’ADN, la protéine est terminée. Les deux schémas suivants illustrent cela.

SCHEMA 1 : on voit un ribosome lire l’ARN messager et « fabriquer ainsi la protéine correspondante.



 

SCHEMA 2 : on voit le passage de l’ADN à l’ARN messager qui est « lu » par les ribosomes et la correspondance des codons avec les acides aminés pour lesquels ils codent.



 

Lorsque les cellules se multiplient, ou lorsque nous fabriquons nos ovules ou nos spermatozoïdes, nos cellules recopient tout l’ADN afin d’en fabriquer un stock pour la nouvelle cellules. Des erreurs de copie se font à ce moment là. Nous avons un système de réparation mais entre deux brins d’ADN différents (l’original et la copie avec erreur) il en choisit un au hasard (le « bon » ou le « mauvais ») et répare l’autre. Il y a donc formation d’un « nouveau » gène, différent de l’original. Ce phénomène explique aussi la théorie de l’évolution.

Conséquences des mutations et exemples. 

Trois cas de figure se présentent quand on a une mutation dans un gène

1-Cela ne change rien

Là encore trois cas de figure

-la protéine est la même. Pour un acide aminé donné, il existe plusieurs codons.

Par ex : pour la Leucine, il y a 6 codons différents : TTG, TTA, TCT, TCA, TCG, TCC. Ainsi, si le codon TTG est modifié en TTA, il code toujours pour la Leucine et la protéine n’est pas modifiée. Les triplets AAC, GAA, GAG et GAC désignent la leucine, les triplets TCA et TCG, la sérine….

Le gène présente une différence mais la protéine, elle, n’est absolument pas touchée

-l’acide aminé modifié n’est pas important., il est là pour faire du volume, n’a pas une fonction importante dans la protéine et est remplacé par un autre acide aminé sans encombres. Il peut arriver aussi que l’acide aminé soit remplacé par un autre qui remplit la même fonction : la protéine est différente mais elle a la même activité.

-la mutation ne touche pas une région codante, c’est à dire une partie qui code pour une protéine. Il n’y a donc pas de conséquences à cette mutation

Dans tous ces cas de figure qui sont les plus nombreux, il n’y a pas de conséquences pour les individus. C’est grâce à cette variabilité que l’on appelle polymorphisme que sont possibles les recherches de paternité ou les identifications de coupables par la génétique.

2-Cela apporte un bénéfice

La nouvelle protéine « mutante » est plus efficace et apporte un avantage à celui qui la porte

3-Cela entraîne une maladie génétique

La mutation altère les fonctions de la protéine  Ces modifications sont de trois sortes :

substitution, c'est à dire remplacement d'un nucléotide par un autre

délétion, c'est à dire suppression d'un ou de plusieurs nucléotides

insertion, c'est à dire addition d'un ou de plusieurs nucléotides.

Les délétions sont d'importance variable selon leur longueur :

de 1 ou 2 nucléotides, elles décalent le cadre de lecture (codons)

de 3 nucléotides, elles aboutissent à la suppression d'un acide aminé dans la protéine exprimée

de grande longueur, elles peuvent supprimer l'expression d'un ou de plusieurs exons, voire d'un gène entier.: Les délétions sont d'importance variable selon leur longueur :

-changement d’acide aminé : le nouvel acide aminé confère à la protéine une propriété qui la rend non-fonctionnelle

EX : la drépanocytose(anémie falciforme ou encore béta-thalassémie),

La cause de la maladie est une substitution de l'adénine A par la thymine T dans le codon 6 du gène de la b-globine entraînant la substitution d'une valine par un acide glutamique dans la chaîne protéique. Cette altération de la protéine provoque une déformation du globule rouge en forme de faucille.

Met-Val-His-Leu-Thr-Pro-Glu-Glu-Lys-Ser……Début de la protéine « saine »

Met-Val-his-Leu-Thr-Pro-Val-Glu-Lys-Ser Début de la protéine « malade »

La mucoviscidose

La localisation du gène dans le chromosome 7 a été démontrée grâce aux techniques de biologie moléculaire. Le gène a été identifié en 1989. Le produit du gène, dénommé protéine CFTR, joue un rôle fondamental dans la régulation des canaux chlore. Le dérèglement de cette protéine de 1480 acides aminés participe à l'anomalie du mucus bronchique, pancréatique et intestinal. La principale mutation est la: perte d'un acide aminé (phénylalanine) en position 508 d'où le nom de mutation Delta F 508 (70 % des cas en France). D'autres mutations sont possibles et connues (environ 800).

-raccourcissement de la protéine

Le changement d’une base, forme un codon stop (ATG, ATA, GTA) en plein milieu de ce qui était la protéine d’origine. Elle se retrouve plus ou moins tronquée.

Dans le cas d’une anomalie chromosomique

Traitons par des exemples

1-Ajout ou perte d’un chromosome

Lors de la méiose (événement de duplication d’une cellule reproductrice à 2n pour donner 4 gamètes à 1n) une cellule fille récupère les deux chromosomes de la cellule mère, l’autre cellule fille n’a pas d’exemplaire de ce chromosome.

Cas de la trisomie 21, où : un gamète (ovocyte ou spermatozoïde) qui a deux chromosomes 21 est fécondé par un gamète avec 1 chromosome 21 : au final, 3 chrom 21 d’où le nom de trisomie.

 
 

Exemples d' augmentation du   nombre de chromosomes:
  Trisomie 21 : présence d'un chromosome 21 supplémentaire,   responsable du syndrome de Down. Un enfant sur 700 présente une trisomie 21

 

 



 

L’embryon qui pourrait être issu d’une cellule sexuelle sans le chromosome 21 n’est pas viable, il semble que la monosomie 21 n’amène pas d’enfant à terme.

La maladie de Klinefelter : maladie chromosomique, elle est caractérisée chez l'homme par 47 chromosomes au lieu de 46. En effet, la paire d'hétérosomes, ou chromosomes sexuels comporte deux chromosomes X et un chromosome Y. L'individu est mâle mais stérile.

Trisomie 18 : Présence d'un chromosome 18 surnuméraire touchant 1 sur 8000 naissances environ

Exemple d’une perte du nombre de chromosomes :

Le syndrome de Turner :maladie chromosomique caractérisée par une monosomie au niveau de la paire de chromosomes sexuels. En effet la personne atteinte ne possède qu'un chromosome X, est une femme, mais stérile.

2- translocation

Un chromosome entier ou une partie de chromosome vient se coller sur un autre

 
 

Exemple d'une modification   de structure :
  Translocation équilibrée entre un chromosome 13 et un 14. Les porteurs sont   normaux mais peuvent avoir des difficultés à avoir des enfants. Il y a un   porteur pour 500 individus.

 

 



 

3-deletion 

Chaque chromosome possède un bras long appelé "q" et un bras court appelé "p", ces bras sont réunis entre eux par le centromère. Une micro délétion est la perte d'un tout petit segment de chromosome.

Maladies de l’ADN mitochondrial

Des anomalies de l’ADN présent dans des structures nichées au cœur des cellules, nommées mitochondries, sont responsables de diverses maladies et peut-être des pathologies de la vieillesse. Les mitochondries sont des organites présents dans le cytoplasme des cellules et qui sont « de petites usines à « énergie » Non présentes généralement dans les spermatozoïdes, elles se transmettent donc de mère à enfant.

Sources et site à visiter :

http://www.science-generation.com/biommala.xml

http://perso.club-internet.fr/geg47/index.html

Et pour les maladies orphelines :

Ce sont des maladies rares, souvent génétiques et pour lesquelles on n’a pas trouvé la cause. Leur extrême rareté fait qu’il n’y a pas beaucoup de travaux de recherche à leur sujet d’où le nom de « maladies orphelines ».

http://orphanet.infobiogen.fr/

http://www.ela-asso.com/ (au sujet des leucodystrophies)

http://www.provnet.fr/vml/fr/accueil.htm (au sujet des maladies lysosomales)

à suivre: dossier sur la transmission des maladies génétiques.

Posté par flotille à 12:51 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

Maladies génétiques 2

les maladies génétiques


 

Les maladies génétiques : la transmission.

Parmi les milliers de gènes transmis par nos parents, une dizaine d’entre eux peuvent être défectueux sans que nous le sachions. Tous ne s’exprimeront pas forcément par l’apparition d’un dysfonctionnement ou d’une maladie transmissible. Des mutations génétiques peuvent également se produire au moment de la conception de l’enfant.

Le mélange de deux patrimoines génétiques.

L’enfant ressemble à ses parents parce qu’il a pour origine une cellule résultant du mélange des deux patrimoines génétiques constitués chacun de 23 paires de chromosomes.

 Les chromosomes d’une même paire sont identiques (même taille, même forme, …), l’un provient du père, l’autre de la mère tout comme les gènes. Les chromosomes de la 23ième paire, de même que les gènes qu’ils supportent, diffèrent , selon qu’on est un homme ou une femme : les femmes portent 2 chromosomes X, les hommes un chromosome X et un chromosome Y. Cette 23ième paire forme les chromosomes sexuels ou hétéro-chromosomes, les autres étant les autosomes. Chaque fois qu’une cellule se reproduit, le noyau et tous ses chromosomes le font. Parfois, au cours de cette opération, une erreur chimique se produit et il y a mutation. Le gène mutant remplace le gène initial sur les chromosomes reproduits. Ce gène mutant va ensuite se reproduire avec les autres.

Trois grands groupes de maladies

Les maladies par aberration chromosomiques

Elles sont dues à une anomalie du nombre ou de la structure des chromosomes. Les gènes ne sont pas atteints mais la répartition anormale des chromosomes dans les cellules conduit à un déséquilibre génétique.

 Les aberrations chromosomiques sont les plus fréquentes des maladies génétiques et 6 enfants sur 1000 sont concernés.

 L’aberration chromosomique peut toucher les chromosomes sexuels. Une fille sur 5000 naît avec un seul chromosome X au lieu de 2 et souffre du syndrome de Turner. En revanche, un chromosome X en plus donne une femme parfaitement normale.

 Un homme sur 1000 est doté d’un chromosome X surnuméraire qui lui donne le syndrome de Klinefelter. Dans le cas d’un chromosome Y surnuméraire, l’anomalie est moins sensible.

 D’autres défauts chromosomiques, comme les anomalies de structure, la perte d’un petit fragment, des portions passant d’un chromosome à un autre, inactivant ainsi les gènes qu’elles portent (voir l’autre article du site) peuvent également intervenir.

Les maladies monogéniques ou mendéliennes.

Elles sont liées à l’altération de l’ADN du noyau. La mutation d’un seul gène , à l’état hétérozygote (un seul des deux gènes chacun sur un chromosome est altéré) ou à l’état homozygote (les deux gènes des 2 chromosomes de la paires sont altérés) en est responsable.

 Le remplacement d’une seule des « lettres » (voir article précédent)du gène de l’hémoglobine –qui en compte 100 000- par une autre donne la drépanocytose, une anémie très répandue dans les pays chauds. La mucoviscidose résulte d’une mutation du même ordre. Ces maladies peuvent être dominantes (un seul gène muté sur les deux suffit à la provoquer) ou récessives (les deux gènes doivent être mutés pour induire la maladie), autosomiques ou liées au chromosome X.

Transmission dominante autosomique

  Les maladies génétiques dominantes autosomiques surviennent lorsqu’un seul gène d’une même paire de chromosome est déficient.

 Chaque enfant d’un parent atteint a un risque sur deux de l’être lui-même. La transmission de la maladie se fait donc de génération en génération.

 Certaines personnes porteuses d’un gène muté peuvent ne pas exprimer la maladie ou le faire d’une façon très modérée ou encore, à un âge tardif. Elles peuvent néanmoins le transmettre à leur descendance et la maladie semble alors sauter une génération. La maladie peut aussi survenir sans qu’aucun des deux parents ne soit porteur du gène muté. Il s’agit alors d’une mutation nouvelle qui s’est produite au moment de la conception. Le risque concerne alors la descendance directe du malade.

Transmission autosomique récessive

 Les maladies récessives autosomiques n’apparaissent que si les deux gènes d’une même paire de chromosomes sont déficients. Les parents sont chacun porteur de ce gène mais ne sont pas malades (porteurs sains). Chaque enfant à un risque sur 4 (25%) de recevoir le gène déficient de son père et de sa mère.

Transmission récessive liée à l’X

Une maladie récessive liée à l’X est due à l’altération d’un gène situé sur le chromosome X. La maladie ne de manifeste que chez les garçons ou, si elle apparaît chez les filles, les symptômes sont très modérés. Plus rarement, une maladie liée à l’X peut être dominante.

Les maladies génétiques complexes

Elles sont les plus difficiles à cerner. Obésité, diabète, hypertension artérielle, sclérose en plaque font partie des maladies dans lesquelles plusieurs gènes sont impliqués. Ils ne sont pas réellement défectueux mais affaiblis. Plus ces gènes affaiblis sont nombreux, et plus le terrain est favorable à l’apparition de la maladie. Certains facteurs environnementaux comme l’alimentation, l’exposition à de substances nocives, des infections virales vont, au fur et à mesure que le sujet prédisposé avance en âge, affaiblir encore plus ses gènes et déclencher plus ou moins précocement la maladie.

Reconnaître une maladie génétique

Une maladie génétique peut se manifester à n’importe quel âge, de la vie intra-utérine à l’âge adulte.

 Un diagnostic précoce peut permettre de prévenir l’apparition des conséquences de certaines maladies ou, au moins ,de les atténuer.

 Prendre l’avis d’un généticien sans attendre, consulter un spécialiste contribuent à raccourcir le temps qui s’écoule entre les premiers signes et le diagnostic.

Le conseil génétique

A qui s’adresse-t-il ?

C’est une consultation spécialisée que l’on retrouve essentiellement dans les grandes villes.

 De multiples raisons peuvent conduire un couple désirant un enfant à une telle consultation : des personnes porteuses de handicap de nature héréditaire, un enfant handicapé, des avortements précoces à répétition, des mariages consanguins, être âgés de plus de 38 ans, ……

 En les écoutant, le médecin généticien établit l’arbre généalogique de la famille et demandera un caryotype à chacun des membres du couple .

 L’étude de ces chromosomes et de leurs gènes permet d’établir un diagnostic de probabilité de maladie génétique et de transmission : plus on a de renseignements et plus la probabilité estimée est proche de la probabilité réelle . Depuis peu, on reconnaît le gène responsable de certaines maladies (mucoviscidose, myopathie de Duchênes, drépanocytose, phénylcétonurie…). Cela peut permettre, d’après les antécédents familiaux, d’évaluer certaines grossesses comme étant à risque. Dans ce cas, un diagnostic prénatal est proposé pour déterminer si l’enfant est atteint ou non.

 La finalité du conseil génétique est de permettre à un coupe considéré à risque, de prendre la décision d’avoir ou de ne pas avoir l’enfant désiré. Le conseil génétique peut conduire à un diagnostic prénatal et si possible , à une procréation médicalement assistée.

Diagnostic prénatal

L’analyse de certains marqueurs du sang de la mère permet aujourd’hui, 2 fois sur 3, de suspecter un risque de trisomie 21. pour confirmer ce premier pronostic, un caryotype est proposé.

 L’échographie peut détecter des malformations provenant d’anomalies chromosomiques. Là aussi, un caryotype doit être réalisé pour préciser le diagnostic. Mais un certain nombre de malformations majeures échappent encore à l’examen le plus sérieux.

Le caryotype est réalisé à partir d’un prélèvement de cellules fœtales ou placentaires. Les méthodes de prélèvement (choriocentèse, amniocentèse ou cordocentèse) entraînent un risque de fausse couche de 1 à 4%.


Bientôt un test fiable pour détecter les anomalies génétiques du fœtus


Dans un avenir proche, une simple prise de sang en début de grossesse pourrait suffire pour dépister avec une
certitude quasi
absolue les maladies génétiques les plus fréquentes du fœtus. Une équipe de chercheurs de
l’INSERM vient en effet de mettre
au point un nouveau diagnostic prénatal qui pourrait annoncer la fin des amniocentèses. En théorie, ce
procédé non invasif
permet de réaliser tous les tests génétiques effectués après amniocentèse ou par
biopsie. Mais sa mise au point demandera
encore 3 à 4 années d’essais. Les chercheurs travaillent actuellement sur son application à l’amyotrophie
spinale infantile,
à la mucoviscidose et à la trisomie 21.

DES ASSOCIATIONS A VOTRE ECOUTE


1. Association Française de lutte contre la Mucoviscidose : www.aflm.org
2. SOS Mucoviscidose : www.sosmucoviscidose.asso.fr
3. Association Française pour la Recherche sur la Trisomie 21 : orphanet.infobiogen/associations/AFRT/AFRT.html
4. Fondation Jérôme Lejeune : www.fondationlejeune.org
5. Trisomie 21 :FAIT et GEIST :perso.wanadoo.fr/fait21/ 


Posté par flotille à 13:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 octobre 2006

Travailler dans l'environnement?

Travailler dans l'environnement ??


 

« Ah! l’environnement, la forêt, les fleurs et les oiseaux, … tu en as de la chance de travailler dehors. Moi, quand j’étais petit j’en rêvais.

Ah mais au fait, j’ai la nièce de ma voisine qui passe son bac et qui voudrait travailler en environnement, où doit elle s’adresser ?? »

Pour avoir entendu ça mille fois, je prends mon courage à deux main et essais de vous fournir tous les liens utiles.

Tous d’abord quelques notions des métiers dits « de l’environnement ». Cette notion très vaste recoupe maintenant tous les secteurs d’activités, les préoccupations environnementales amenant chaque entreprise, chaque industrie a adopter des normes de type ISO 9002, etc.. Je ne traiterai ici que des métiers plus proche de la nature, sans se limiter à la protection stricte de celle-ci. Tout acteur intervenant dans les milieux non-urbains a un rôle important dans l’environnement. Pour cela je vous propose une classification par filière.

Filière agricole :

Le monde de l’agriculture, après plusieurs décennies de productivisme, se préoccupe de plus en plus de l’impacte des techniques sur les milieux et les ressources en eau. Les techniciens et ingénieurs conseils des organismes professionnels ou des administrations jouent un rôle primordial dans ce nouveau message, en travaillant à l’échelle des exploitations ou de territoires plus vastes.

Les principales formations se trouvent sur :

Le site du ministère de l’agriculture

http://www.agriculture.gouv.fr/rech/ensemenu_direct.htm

L’atlas des formations de l’ONISEP

http://www.onisep.fr/national/atlas/atlas_sup/dom/cadredom.htm

Et pour ceux que la fonction publique intéresse, cliquez sur ce liens des métiers du ministère

http://www.agriculture.gouv.fr/mini/meti/welcome.html

Filière Forestière

Les dernières tempêtes nous ont montré que la forêt ne pouvait-être une simple histoire de production. Cette réalité est heureusement prise en compte depuis toujours par la majorité des forestiers et sylviculteurs qui œuvrent pour gérer (puis exploiter) nos belles forêts françaises. Les formations forestières sont divisibles en trois catégories : Brevets et bac pro pour les métiers manuels, BTS pour les gestionnaires et études supérieures pour les hautes sphères. C’est caricatural et il existe des possibilités de passerelles durant les carrières, surtout dans le public.

Deux liens à vous proposer :

Un site général :

http://www.jobfilierebois.com/home/index.html

Les métiers et Carrières à l’Office National des Forêts (ONF)

http://www.onf.fr/metier/index.htm

Et pour info, les pages du ministère de l’agriculture (dont dépend la Forêt)

http://www.agriculture.gouv.fr/fore/forb/welcome.html

Filière environnement :

Contrairement à l’agriculture et à la forêt, le ministère de l’environnement ne pilote pas de formation. Il existe donc deux types de formations : les formations bac pro et bac +2 du ministère de l’agriculture (cf. lien ci dessus) et les formations universitaires. Il existe également de + en + d’options en écoles d’ingénieurs en tout genre mais là je n’y connais pas grand chose.

Concrètement, si vous souhaitez faire du terrain, gérer des espaces, observer la faune et la flore, etc.. choisissez des filières courtes de type BTS Gestion et Protection de la Nature (options faune, milieux aquatiques, milieux naturels, animation, etc..), BTS gestion des ressources eau, ou DUT ou DEST (diplômes techniques de l’université en bac + 2).

Si vous voulez aller + loin, attention aux formations générales de l’université (Deug bio, Maîtrise Biologie des Organismes et des Populations, etc..) qui sont pléthore sur le marché de l’emploi malgré un contenu théorique loin de toute réalité professionnelle. Orientez vous plutôt vers les Maîtrises sciences et techniques offertes par de nombreuses universités et très cotées sur le marché de l’emploi. Je citerais de mémoires Orsay ou Rennes pour la gestion des milieux, Grenoble pour la gestion des terrains montagneux, Marseille pour le littoral, etc..

Je ne vous donnerez qu’un lien, car très bien fait et renvoyant en lien à ce qui se fait de mieux : le site du ministère de l’environnement

http://www.environnement.gouv.fr/INFOPRAT/sometier.htm

Pour les adresses de toutes les formations et universités, reprenez les deux premiers liens de cette page.

Juste pour finir, n’hésitez pas à me contacter pour avoir mon avis plus personnel sur tel ou tel type de formation ou sur les débouchés actuels. L’environnement est actuellement à la mode et on pourrait croire que les emplois suivent… détrompez-vous, les ministères successifs ont cédé aux attentes des jeunes et ouvert nombre de formations cul de sac, sans prendre en compte l’avis des filières professionnelles. L’environnement pour l’environnement ça ne paie pas, c’est bien pour ça que l’emploi se trouve actuellement en CDD ou en emplois jeunes dans les associations. Le vrai essor se trouve dans la valorisation économique de l’environnement : cadre de vie, aménagement du territoire périurbain, éco-tourisme, etc..

Un dernier conseil, l’environnement est encore pour quelque temps un monde de passionnés, d’accrocs, qui vivent 24 h sur 24 par et pour l’environnement. Ce monde associatif est en cours de professionnalisation mais sa mutation n’est pas finie. Pour convaincre leurs dirigeants, les employeurs donc, il est indispensable d’avoir un CV dynamique, basé certes sur les formations mais aussi et surtout sur les stages, les implications dans les associations locales, etc.. Un beau diplôme avec mention ne convaincra personne. Quelques mois en tant qu’animateur nature, une participation à un inventaire national, une étude pour un parc naturel seront plus convaincants.

Posté par flotille à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2006

Nous on.....suite

Nous on est tous bipèdes!
Milan, 22 novembre 2006 passe dans la famille des bipèdes avec succès

premiers_pas_Milan


Posté par flotille à 18:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 décembre 2006

Une salle d'eau en construction

etape 1: la salle d'eau sans rien:même la douche est faite maison.

douche

étape 2: ça prend forme:on a mis la sous-couche de peinture et on pose le carrelage

douche

douche2

etape 3:on pose le listel en bois

listel2

étape 4: on peint , on pose le lavabo , les eclairages et le miroir : on va pouvoir bientôt s'en servir!!!!

salle_d_eau1

petit effet de pente pour faire le suivi avec les toilettes derrière....

salle_d_eau3
Vue de plus loin ....
salle_d_eau2

Posté par flotille à 19:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 janvier 2007

la salle d'eau suite et presque fin

La voilà qui continue à prendre forme et couleur avec la poutre que nous avons peinte du même mauve que celui du listel. Et nous avons installé le sèche serviette

sde1

juste en entrant à gauche, il y a la niche des toilettes, qu'on verrza plus tard, dans le même style de la salle de douche.

sde2

une petite visite pour comprendre?
Quand on rentre, nous avons au fond la douche qui fait toute la larguer de la pièce. Sur la droite , derrière le muret , des étagère du même bois que celui du listel nous permet de mettre les produits (on la verra sur une autre photo).

sur la gauche, le long de l'autre mur, nous avons le lavabo . Suivra un meuble colonne dans quelques temps.
sde4

Et quand on se place dans la douche, et qu'on regarde vers la sortie, on voit le côté lavabo ainsi que la cloison de séparation d'avec les toilettes

sde3

Et enfin l'aménagement des toilettes (passionant non? )

wc

Ce sera fini lorsque nous aurons le meuble colonne pour le rangement et une petite armoire à pharmacie en bois....on scrute les soldes.....

Posté par flotille à 15:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 février 2007

la salle de douche encore

Mon amie Anouk est venue passer quelques jours à la maison et nous a fait l'honneur de nous décorer le mur de la salle d'eau qui faisait un peu vide...
Et voilà le résultat! AVANT:

sde1

APRES:

sdeter

sdebis   sdequat

Posté par flotille à 13:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 mars 2007

Comment moins polluer?

Comment moins polluer, c'est de plus en plus la préoccupation de tous, parce que cela nous touche maintenant directement...Oui mais, entre ce qu'on nous dit, ce qu'on oublie, ce qu'on nous fait croire..comment faire ,tout en menant une vie quand même confortable?

D'abord, je crois qu'il faut faire     avec notre mode de vie....n'avoir qu'une voiture quand on habite à trifouillis les oies, ce n'est pas réalisable..on peut en avoir deux...mais par ex, celle qui sert à juste faire des trajets locaux doit être petite et peu consommer.
On peut aussi ne pas forcément manger "bio" mais manger les produits locaux de préférence , achetés aux producteurs ou en coopérative...ce qui permet d'éviter les trajets chez nous -rungis-chez nous...et de faire du commerce équitable....parce que ce n'est pas que pour les producteurs étrangers...L'agriculteur du coin vends + cher sa marchandise et nous, on l'achète moins cher qu' après le sucrage en règle des différents intermédiaires ...la pollution du voyage en moins.

Déjà, je pense qu'il faut réfléchir à sa consommation: qu'est ce qui est superflu? qu'est ce que je ne suis pas obligé d'acheter? qu'est ce que je consomme trop? Parce que, ne l'oublions pas, la meilleure façon, la + économique et la + efficace de moins polluer pour pas cher, c'est encore de moins consommer!

Posté par flotille à 17:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juillet 2007

Moi taguée

A mon tour, en retard mais avec beaucoup de plaisir de remercier nuagedansant de son tag et de jouer le jeu.

Le règlement :

Chaque personne décrit 7 choses sur elle même, celles qui ont été taggées doivent écrire sur leur blog 7 choses qui les décrit ainsi que le règlement. Elles doivent ensuite tagger 7 personnes et les énumérer dans leur blog. Puis laisser un message sur leur blog en indiquant qu'ils ont été taggés et les invitant à venir sur votre blog.

Allons-y pour les révélations:
1)- je suis lunatique. Et oui! je fais de mon mieux pour ne pas faire subir mes changements d'humeurs à mes proches mais le fait est là: je peux me réveiller de mauvais poil sans aucune raison.

2)-je vise souvent juste: mon esprit d'analyse est assez bon et j'ai la mauvaise habitude de pointer du doigt là où ça fait mal: ça ne me fait pas que des amis.

3)-conséquence du 2: je suis quelqu'un qui aime bien se torturer le cerveau en analysant tout et n'importe quoi: pas reposant même pour l'entourage.

4)-mais ça me rend aussi très tolérante, parfois trop: je me laisse marcher sur les pieds et ça finit mal .

5)-je suis une utopiste.

6)-j'adore les balades en forêt de nuit.

7)-j'ai une phobie des piqûres .

Vous voilà au courant maintenant!

Mes 7 blogueuses taguées seront:

Stéphany, Sev, Enid,Améthyste, Manou37, Piustelle et Jeff

Posté par flotille à 13:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 juillet 2007

La sologne en Juin 2007

Ca faisait un moment que nous n'avions pas parlé de nous , et comme j'espère voir venir Maria et Serge que j'embrasse par la même occasion, je mets des photos , 9 ans après, et oui déjà!

On commence par Mael, 11 ans, jeune collégien brillant , futur paléontologue:

PICT0022

PICT0035

Nolan, presque 9 ans, toujours aussi doux, toujours autant dans les nuages, d'où sa vocation pour l'espace:

PICT0053

PICT0287

La petite princesse de la famille, Ambre , 6 ans et demi, une autre petite fille rose avec des paillettes, en l'occurence celle habillée en robe Dora :

IMGP0745

PICT0030

Un petit Eloi , 4 ans, toujours heureux, toujours content, toujours souriant et souffrant d'un énorme complexe d'oedipe qui ravit pourtant sa mère:

PICT0030

PICT0106

et enfin Milan, le petit Milano el bambino ou das kleines babyboo selon la langue que l'on choisit. Que dire de cette petite gueule d'ange à part qu'il a deux ans bientôt et que ça se voit! Des preuves? voilà!

PICT0115

Mais rendons lui justice, il est plutôt comme ça:

PICT0015

PICT0312

Au fait, ça vous interesse un chaton?

Posté par flotille à 22:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]